L'essor de l'occident chrétien

150 Christ Pantocrator

Au sortir des grandes invasions et de "la Grande Peur de l'an mil", l'inexorable montée de l'Occident Chrétien vers l'explosion créatrice du XIIe siècle, dans une société parcellisé et cruellement injuste stabilisée par la féodalité, l'essor démographique et le développement de l'agriculture, l'expansion territoriale et les conquêtes territoriales sur l'Orient musulman, le renouvellement des arts et de l'architecture dans une civilisation soumise à Rome où les Cisterciens jouent un rôle essentiel

lire la suite ... 

 

Thibault_IV_de Blois

theobald IVThibault IV le Grand de Blois, Chartres, Ch$ateaudun, Meaux, Seigneur de Sancerre, devenu en 1125 Comte de Champagne sous le nom de Thibault II où il engendra la célèbre lignée de Comtes qui créerent les conditions de développement les riches foires qui furent à l'origine de la première économie monde.

St Etienne Harding

150 StsCiteauxST ETIENNE HARDING, troisième Abbé de Cîteaux, crétaeur de l'Abbaye Notre Dame de l'Aumône (Abbatis Eleemosyna), dite "Petit C^^iteaux, dont il nomma Abbé le moine ULRIC, dont il vint lui-même assurer la consécration avec l'Evêque de Chartres.

Lire la suite ....

abbatisL'Abbaye ND de l'Aumône en 1790, après l'expulsion des Moines et avant sa mise en vente au titre des biens nationaux

Presentation

Écrit par JMS. Publié dans Non catégorisé

foundators150Fondée puis portée sur les fonds baptismaux par la volonté de deux hommes au rang des plus illustres du XIIe siècle :

    • Saint Etienne Harding, abbé de Cîteaux, l'un des trois Pères fondateurs de l'Ordre avec Robert de Molesmes et Aubry en 1098, qui conçut durant son abbatiat les structures organisationnelles et rédigea les règles sur lesquelles Cîteaux bâtit son exceptionnel essor des XIIe et XIIIe siècles ;
    • le comte Thibault IV de Blois et de Chartres, comte de Champagne en 1125 sous le nom de Thibault II, petit-fils de Guillaume le Conquérant, seigneur le plus puissant et plus riche du royaume, dont les possessions immenses enserraient les minuscules états franciliens du roi Louis VI le Gros contre lequel il guerroyait, seigneur dont la sage oeuvre législatrice promut la révolution économique et commerciale que furent les foires de Champagne (la première économie monde),

l'abbaye Notre Dame de l'Aumône était née en 1121 sous d'heureux auspices ; bien née, certes, mais la folie des hommes et de leurs guerres ne l'épargna guère par la suite : les destructions des guerres de Cent ans d'abord, puis de terribles massacres et destructions durant les Guerres de Religion, où disparurent des documents historiques (cartulaire, nécrologe) qui constituent la trame pour suivre l'histoire d'un tel établissement. Sa mémoire historique gommée par les conflits armés, sa trace physique fut efffacée par l'avidité et l'inconscience humaine, après sa vente comme bien national, puisque l'ensemble des bâtiments monacaux furent démolis en 1818 pour être revendus comme matériaux de construction (à l'instar de bien d'autres monuments prestigieux de notre patrimoine, tels Cluny par exemple !).
Alors que son souvenir se dissout dans les limbes du temps, voici pour mémoire quelques témoignages épars, rassemblés par Maître Jean COSSON, sur ce que fut cette prestigieuse abbaye cistercienne.

Cistercii filiae

tree

L'arbre de filiation des abbayes cisterciennes, témoigne de la formidable expansion de l'ordre depuis sa création en 1098, lorsque l'Abbé bénédictin Robert de Molesmes, obtint l'autorisation du pape de "se retirer au désert", au fond d'un marais inhospitalier de Bourgogne, appelé "Cistel", et 1153, lorsque s'éteignit saint Bernard, dernier docteur de l'Eglise, le plus connu et emblématique des cisterciens, dont l'influence sur le XIIe siècle fut telle que les historiens le qualifient de "siècle de saint Bernard".
St Etienne Harding créa entre 1113 et 1115 les "quatre premières filles de Cîteaux", premières en dignité puisqu'elles donnèrent chacune naissance à leur propre filiation : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Morimont (1115) et Claivaux (1115), dont l'abbatiat échut malgré son jeune âge à Bernard de Fontaine. Dans la lignée propre de Cîteaux, l'abbaye-mère, dont l'Abbé reste le personnage central de l'ordre, après  La Cour Dieu et Bonnevaux en 1119 est crée, à la demande du Comte de Bois, l'Aumône en 1121 dont Etienne Harding choisit le moine "Ulric" comme premier abbé

Mémoire Abbé Mouze

mouzeVoir le mémoire de l'abbé Mouzé en consultation libre sur le document oeiginal conservé à la BNF  

 

Histoire de Marchenoir

Histoire MarchenoirLe livre de référence sur l'histoire et la fin de l'Abbaye de Notre Dame de l'Aumone. Disponible à cette adresse : suivre le lien

Mémoire de Charles Cuissard

cuissardRetrouvez le mémoire écrit par Charles Cuissard sur le document original conservé à la BNF