L'essor de l'occident chrétien

150 Christ Pantocrator

Au sortir des grandes invasions et de "la Grande Peur de l'an mil", l'inexorable montée de l'Occident Chrétien vers l'explosion créatrice du XIIe siècle, dans une société parcellisé et cruellement injuste stabilisée par la féodalité, l'essor démographique et le développement de l'agriculture, l'expansion territoriale et les conquêtes territoriales sur l'Orient musulman, le renouvellement des arts et de l'architecture dans une civilisation soumise à Rome où les Cisterciens jouent un rôle essentiel

lire la suite ... 

 

Thibault_IV_de Blois

theobald IVThibault IV le Grand de Blois, Chartres, Ch$ateaudun, Meaux, Seigneur de Sancerre, devenu en 1125 Comte de Champagne sous le nom de Thibault II où il engendra la célèbre lignée de Comtes qui créerent les conditions de développement les riches foires qui furent à l'origine de la première économie monde.

St Etienne Harding

150 StsCiteauxST ETIENNE HARDING, troisième Abbé de Cîteaux, crétaeur de l'Abbaye Notre Dame de l'Aumône (Abbatis Eleemosyna), dite "Petit C^^iteaux, dont il nomma Abbé le moine ULRIC, dont il vint lui-même assurer la consécration avec l'Evêque de Chartres.

Lire la suite ....

abbatisL'Abbaye ND de l'Aumône en 1790, après l'expulsion des Moines et avant sa mise en vente au titre des biens nationaux

Communication de l'Abbé Mouzé

Écrit par Super User. Publié dans Documentation

NOTICE HISTORIQUE SUR L'ABBAYE DU PETIT-CITEAUX :


Pour découvrir l'original du Mémoire de l'Abbé Mouzé à la Bibliothèque de France :

Bulletin de la Société dunoise : archéologie, histoire, sciences et arts
Bulletin de la Société dunoise : archéologie, histoire, sciences et arts
Source: gallica.bnf.fr

 


Le travail que j'offre à la Société archéologique de Châteaudun est tiré en grande partie d'un manuscrit de M.Péan, ancien juge à Blois et originaire de Marchenoir.
Ce manuscrit; digne d'intéresser les amateurs d'antiquités historiques, renferme l'histoire de Marchenoir et des pays environnants qui composaient autrefois la portion du Dunois méridional faisant maintenant partie du diocèse de Blois.
M. Péan s'était plu à recueillir scrupuleusement tout ce qui pouvait avoir rapport à l'histoire locale de son pays natal, et ses recherches m'ont paru très consciencieuses et très exactes. J'ai vérifié, autant qu'il m'a été possible, les sources diverses où il a puisé ses nombreux documents, et toujours j'ai remarqué la fidélité de ses citations et la justesse de ses assertions, dont ordinairement il n'indique peut-être pas assez les preuves.
Je le suivrai presque entièrement dans ce travail ;  je mettrai seulement un peu plus de réserve dans les détails étrangers à l'histoire du Petit-Cîteaux, et surtout dans les longues énumérations d'une foule de noms qui supposent du reste des recherches minutieuses et considérables.
Ceci posé, je commence sans autre préambule.


L'abbaye du Petit-Cîteaux, paroisse de La Colombe, était une des nombreuses filles de la grande abbaye de Citeaux, fondée le bienheureux Robert, par en 1098, à cinq lieues de Dijon, en Bourgogne.
Etienne Harding, second successeur de St Robert, vint lui- même, paraît-il, fonder l'abbaye du Petit-Cîteaux, vers l'an 1121, sur la demande de Thibault IV, comte de Blois et de Dunois, et avec l'autorisation de l'évêque de Chartres, nommé Geoffroy; vu que cette contrée dépendait alors du diocèse de Chartres.
Thibault IV, surnommé le Grand, plutôt sans doute à cause de ses largesses que de ses succès politiques et militaires, était un zélé bienfaiteur des monastères et des couvents, près desquels, suivant plusieurs chroniques, il venait passer les principales fêtes de l'année, dans des bâtiments destinés à son usage. C'est là sans doute qu'il méditait sur la vanité des plaisirs et des grandeurs de ce monde.
On ne sait pas ce qui engagea ce prince à fonder l'abbaye du Petit-Cîteaux, dans la forêt désignée alors sous le nom de Silvalonie, Silvelongue (Silva Longa), aujourd'hui la forêt de Marchenoir.
Cette forêt dépendait à cette époque du comté de Dunois, dont Thibault IV jouissait avec ceux de Brie, de Champagne et de Blois. Toujours est-il qu'il donna à Etienne Harding une partie de ladite forêt pour l'établissement de ses religieux ;  c'est là que fut fondée la nouvelle abbaye.
Pour lui éviter toute contestation et lui assurer la paisible possession du terrain qu'il donnait aux religieux , Thibault le fit entourer à ses frais d'un large fossé « partant d'un endroit près « Autainville et tendant de borne en borne à La Colombe, dans la partie qui regarde la Beauce, et de là jusqu'au grand chemin de Marchenoir, appelé le chemin du Comte, jusqu'au carrefour « du chemin d'Autainville, etc.. »
Dans sa charte dé donation définitive, datée de 1142, il accorda deux charrues de terre de sa métairie d'Arembert ou Raimbert, et aussi sa métairie de Montchaud, en la paroisse de Verdes, avec ses bâtiments et son droit de fief.
Ces donation et fondation furent confirmées par son fils Thibault V, huitième comte de Blois, dit le Bon, sénéchal de France, vers l'an 1188, du consentement d'Alix, son épouse, et aussi du consentement de Louis et Philippe, leurs fils, et de Marguerite, Isabelle et Alix, leurs filles.
Elle fut depuis confirmée par Louis, neuvième comte de Blois et comte de Clermont, fils dudit Thibault-le-Bon, du consentement de Catherine, son épouse, et de leurs enfants, par sa charte de 1199.
Elle le fut encore par Thibault VI, dit le Jeune, dixième comte de Blois et aussi comte de Chartres et de Clermont, fils dudit Louis, suivant sa charte de 1218, par laquelle il concéda la permission à l'abbaye de faire toutes et telles acquisitions qu'ils jugeraient à propos, de ses vassaux ou autres, dans son fief.
Par une charte du 25 avril 1263, Jean de Chàtillon, comte de Blois et sire d'Avesnes, octroye et confirme à perpétuité au couvent de l'Aumône du Petit-Cîteaux, à tenir pour toujours, toutes les choses, lesquelles ils ont acquises de ses fiefs, etc., en dons, achats, aumônes, depuis le temps de Thibault-le-Jeune, jusqu'au dit jour 25 avril 1263, et toutes lesquelles leur seront données en pure aumône...
Depuis cette fondation primitive, il a été fait quantité de donations à l'abbaye, tant en fonds de terres, métairies, vignes, que cens et rentes ; en outre les acquisitions faites ensuite par les abbés réguliers ou commendataires, dont il sera question plus loin.
Dans les premiers temps de sa fondation, l'abbaye du Petit- Cîteaux était très pauvre, n'ayant encore pour subvenir à ses besoins que les dons particuliers de Thibault IV et des personnes charitables qui venaient en aide aux religieux pour leur nourriture et la construction de leur couvent. Cette circonstance détermina Ulric, le premier abbé de cette communauté naissante, nommé par Etienne Harding, et solennellement consacré par l'évêque de Chartres, à donner à son abbaye le nom modeste et touchant de Notre-Dame de l'Aumône.
C'était un témoignage de son humilité et de sa reconnaissance qui fut bientôt récompensé par la divine Providence, car, plus tard, la grande prospérité de cette abbaye et les biens considérables qu'elle posséda lui permirent de répandre d'abondantes aumônes dans les pays voisins. Nous avons connu des vieillards de la contrée qui, il y a une vingtaine d'années, se rappelaient avoir vu, avant la destruction du couvent en 1793, des voitures chargées de blé arriver dans leurs paroisses, et envoyées par les bons religieux du Petit-Cîteaux pour le soulagement des pauvres du pays. L'abbaye s'appelait donc à la fin Notre-Dame de l'Aumône, non plus parce qu'elle vivait d'aumônes, mais parce qu'elle en faisait beaucoup aux environs, comme nous le verrons plus loin,
Une fois bien établi, le couvent du Petit-Cîteaux ne tarda pas à exercer une heureuse influence dans toute la contrée, par la vie très édifiante de ses religieux et par l'exemple des personnes de toute condition, même des plus riches, qui vinrent s'y retirer pour se consacrer à Dieu et vivre dans le recueillement et la prière.
Bientôt la communauté s'accrut, au point que, quinze, dit M. Péan, ans après son premier établissement, elle avait déjà fondé elle-même cinq abbayes celle de Landais en Berry, celles de Gaverly (1129) et de Tuitern (1131) en Angleterre, de Bégard (1130) et de Langonet en Bretagne (1136)
Cette prodigieuse prospérité engagea le souverain-pontife Innocent II à approuver la fondation de cette abbaye par une bulle spéciale donnée à Pise, au mois de mars de l'année 1136. Ce fut donc quelques années après que le comte Thibault ratifia sa donation de 1121 par sa charte de 1142,  dont nous avons parlé plus haut.
Cet acte authentique fut signé par de nombreux témoins, parmi lesquels on remarque Bernier, Prieur de Saint-Léonard, Richer, seigneur de Vievy, Herbert, seigneur de Moisy, et Hardouin,  Seigneur de Chantôme, paroisse de Binas,
Les possessions de l'abbaye du Petit-Cîteaux, dans les derniers temps qui ont précédé la Révolution de 93, consistaient en rentes, prés, vignes, terres labourables, deux moulins, sept étangs, vingt- huit métairies et onze cents arpents de bois.
Le tout était divisé en trois parties d'égal produit. L'abbé commendataire jouissait de la première et les religieux de la deuxième. La troisième était exclusivement affectée aux dépenses du culte, à l'entretien des bâtiments et au soulagement des pauvres, auxquels on distribuait continuellement: d'abondantes aumônes, tant à ceux qui se présentaient au couvent qu'à ceux qui habitaient les paroisses voisines... Je ferai connaître plus loin le détail de tous ces biens et revenus.
Voici les principaux priviléges dont jouissait l'abbaye :

  1. Les terres qu'elle exploitait elle-même étaient exemptes de dîmes, et d'après une bulle d'Alexandre III, endate de 1163, son enclos était impénétrable et inviolable sous peine d'excommunication.
  2. L'abbé officiait avec la mître, la dalmatique, l'anneau, la crosse pontificale et les autres ornements épiscopaux, et cela d'après une bulle de Callixte III, en date du mois de septembre 1455.
  3. Les registres de recettes des rentes qui. lui étaient dues faisaient preuve en justice et tenaient lieu de titres, suivant les lettres patentes du roi Charles IX, en date du 25 octobre de l'année 1568.
  4. L'abbaye avait le droit de se servir d'un sceau spécial, très ancien, sur lequel on lisait ces mots latinsSigillum abb. B. M. de Eleemosyna.


Depuis sa fondation jusqu'au XVIe siècle, l'abbaye du Petit- Cîteaux fut toujours gouvernée par des abbés réguliers ; mais, à partir de l'année 1539, elle eut des abbés commendataires qui percevaient le tiers des revenus, comme je viens de le dire ci-dessus.
Elle eut beaucoup à souffrir au XVe siècle de l'invasion des Anglais, qui pillèrent le trésor de son église, et au XVIe siècle des incursions des protestants, qui y commirent les plus déplorables excès. Le couvent fut pillé et dévasté par ces farouches hérétiques qui, sous prétexte de réforme, se rendaient coupables de meurtres, vols et incendies partout où ils passaient. Son église fut alors en partie détruite, et on dut regretter, sous tous rapports, la perte de cet édifice, qui semble avoir été un petit chef d'oeuvre de l'art gothique. J'ai eu occasion de trouver sur l'emplacement de l'abbaye en ruines quelques débris de fûts de colonnes, de nervures et de chapiteaux parfaitement sculptés, ayant servi à la formation des piliers et des arcades, et j'ai pu juger de l'importance et de la beauté de cet édifice, dont la construction primitive m'a paru remonter au commencement du XIIIe siècle;
C'est aussi l'avis de M. Péan. Suivant un acte de donation datant de 1228, ayant pour auteur Pierre de Salerne, et rappelant une autre donation analogue faite en 1190, par Payen, seigneur de Mondoubleau, on voit que « les principales pierres qui entrèrent dans cette construction sortirent d'une carrière appartenante à l'abbaye de Vendôme, située près de cette ville, , dans un lieu appelé La Chappe. »
La preuve de ce fait est encore établie, dit M. Péan, dans un acte du mois de mars 1271, par lequel les religieux du Petit- Cîteaux reconnaissent que la carrière de La Chappe, près Vendôme, dont avaient été extraites les pierres pour la construction de leur église, appartient en propriété à l'abbaye de Vendôme, qui avait permis cette extraction, mais sans renoncer à la propriété du fonds.
Un grand nombre de personnages distingués demandèrent par testament à être inhumés dans cette église, afin de participer davantage aux prières et aux pénitences des religieux de l'abbaye.
Citons Nivelon de Meslay, inhumé le 16 janvier 1212 ; Geoffroy V,  vicomte de Châteaudun, et Adélicie, sa femme, en l'année 1207 ;  Foulques de Frazé, écuyer, seigneur de Villefleurs et de Charray, en 1217 ;  Hugues seigneur de Meslay, en 1223 ;  Philippe Roupenon, seigneur des Boulayes, en 1271 ; Robert Galaffre, curé de Saint- Mandé et de Montfollet, en 1469...
Après sa destruction presque complète par  les protestants, cette église fut remplacée par l'ancien réfectoire du couvent, auquel on fit subir plusieurs modifications, pour le rendre propre à cette destination nouvelle. Le lambris fut mis à neuf et orné de peintures ; un petit clocher fut élevé sur son comble pour recevoir l'horloge et la cloche des religieux. Ce bâtiment fut divisé, par une séparation spéciale, en deux parties, dont l'une forma la nef des fidèles et l'autre le choeur, qui fut convenablement décoré et qui, plus tard, reçut le magnifique autel en chêne sculpté qu'on voit aujourd'hui dans l'église de Viévy.
Au moment des dévastations commises par les protestants, les religieux avaient été obligés d'abandonner leur couvent pour éviter d'indignes traitements et même la mort. Pendant leur absence, les principaux titres de l'abbaye restèrent cachés chez un nommé Jacques  de Varennes, seigneur de Chevrigiiy et habitant de La Colombe. Ce gentilhomme était protestant et à cause de cela sa maison fut exempte des investigations des pillards huguenots. Comme il n'approuvait pas la conduite de ses correligionnaires, il conserva avec soin les titres dont il avait accepté le dépôt, et il les remit fidèlement aux religieux aussitôt après leur retour dans l'abbaye dévastée,
Grâce à cette précaution, l'abbaye put rentrer en possession de tous ses biens,  ce qui permit à l'abbé de faire exécuter au couvent toutes les réparations nécessaires et de continuer les aumônes ordinaires, tant aux étrangers passants qu'aux pauvres de la contrée. Les bons religieux  faisaient passer la charité avant leurs propres  besoins. « Jamais, dit M. Péan, l'abbaye ne se prévalut de ses pertes pour se soustraire à la dépense à faire pour subvenir aux nécessités publiques et particulières. En effet, dans aucune circonstance,  ses aumônes journalières  ne furent ni moins abondantes,  ni moins générales ; les religieux seuls ressentirent l'effet de la diminution de leurs revenus, l'augmentation de leurs charges ; et lorsqu'il eut été décidé que la ville de Châteaudun, incendiée en 1723, serait rebâtie, ils vendirent une coupe extra-ordinaire de bois, dont le prix montait à la somme de 35,100 fr., appliquée à la dépense de cette reconstruction. Cette somme représentait au moins 60,000 fr. de notre monnaie, ou pour mieux dire une valeur actuelle du bois. »
J'ai dit plus haut que les biens et rentes de l'abbaye avaient été partagés en trois lots, dont le premier était à la jouissance de l'abbé commendataire, le deuxième, à celle des religieux, et le troisième était destiné aux charges du couvent, dites charges claustrales, dont je parlerai ci-après. Voici les noms, par ordre alphabétique, dans lesquels se trouvaient ces biens, des principaux pays avec indication des donateurs :

 

  • AIGRE. — Par une charte en date du 27 janvier 1211, Geoffroy, vicomte de Châteaudun, du consentement d'Adélicie, son épouse, donna aux religieux du Petit-Cîteaux le droit de faire pâturer leurs bestiaux le long de la rivière d'Aigre.
  • AREMBERT. — Thibault, comté de Blois et de Châteaudun, en fondant l'abbaye, donna aux religieux, par sa charte de 1142, deux charrues de terre de sa ferme d'Arembert ou Rembert, en la paroisse de La Colombe, consistant en maisons, granges, étables, bergeries, cours, jardins, vignes. Par un acte passé devant Blanchard, notaire à Orléans, le 19 juin 1571, Antoine Bochetel, abbé commendataire de l'abbaye, et les religieux, cédèrent cette métairie, à titre de bail pour  99 ans, à Jacques de Varennes, seigneur de Chevrigny, en raison des services rendus par lui au moment des guerres civiles pendant lesquelles ledit seigneur avait reçu, conservé les titres de ladite abbaye occupée par les soldats. Le tout moyennant environ 170 fr. par an, à payer à la Toussaint avec une demi-douzaine de lapereaux bons et recevables, et deux chapons.
  • LES ARPENTS. — Albéric de Rheims, par une charte de 1189, fit don à l'abbaye d'un demi-muid de pur froment sur sa terre d'Écoman, pour faire des hosties,  et trois mesures de son meilleur vin pour la célébration des messes, avec 20 sols de son cens pour le luminaire du grand hôtel.
  • AVARAY. — Jean de Beauvilliers confirma, par une charte de 1226, la donation qui avait été faite à l'abbaye, par son père, de trois septiers de blé de rente sur les dîmes d'Avaray.
  • AUTAINVILLE. — Cette paroisse renfermait la majeure partie des bois de l'abbaye, surtout les taillis, la métairie de Pommereau, les terres de la Tuilerie, de Villeneuve, de Cognères et plusieurs maisons du bourg.
  • AUVILIERS. — Eudes de Percheronville, par sa charte de 1210, donna à l'abbaye une certaine pièce de terre qu'il possédait entre et près Feularde et Auvilliers.
  • BEAUGENCY. — Par une transaction devant le notaire de Viévy, en date du 27 février 1462, Robert Galoffre, curé de Saint-Mandé, céda à l'abbaye tous ses droits sur une maison qui lui appartenait, à Beaugency, rue de la Favrerie, moyennant 20 sols de rente par an. 
  • BAULAY. — La métairie de Beaulay, sise en la paroisse de Charray, consistant en plusieurs bâtiments, maison, écurie, bergerie, granges, volières à pigeons, clos, pâture, jardin et 30 setiers de terre par saison. Le donateur est ignoré.
  • BAULE. — Une rente de 6 muids de blé constituée par Raoul de Baule sur sa seigneurie de ce nom, en 1221 sous le consentement de Manassès, évêque  d'Orléans. Plus, des prés dans la vallée dudit Baule donnés à l'abbaye par Jean de Beauvilliers.
  • BAZOCHE-GOUET. — Une rente de 8 livres qui fut amortie et remboursée en 1720 par Jacques Thenaisie, demeurant à la Colletière, audit Bazoche. 
  • BLOIS. , — Par une charte donnée sous le scel du doyen de Blois, en juin 1243, Benoist Bigot et Alix, sa femme, donnèrent à l'abbaye une maison et un demi-arpent de vigne. De plus, par une charte de 1255, Catherine -Isabelle d'Amboise donna 10 libres de rente sur ses moulins et sur le port de Blois, pour servir à l'achat du sel nécessaire à la consommation de l'abbaye. De plus, Jean de Briston donna en 1265 à l'abbaye 100 sols de rente sur la foire de Blois.
  • BONNEVAL. — Par un titre daté de janvier 1241, on voit que Renaud d'Escures donna à l'abbaye ses terres et bois sis à Boslay, près les murs de Bonneval.
  • LA BROSSE-SALERNE. — Une rente d'un septier de froment sur cette terre fut ratifiée et confirmée par Pierre de Salerne, au mois de janvier 1220.
  • CERQUEUX. —Hervé, dit Sans-Cens, et Renaud, son frère, donnèrent en pure aumône à l'abbaye tous leurs droits de cens et redevances, sur le lieu de Cerqueux, en la paroisse de Josnes, consistant en 42 deniers parisis, 3 pains, 3 poules et 6 muids d'avoine, payables chaque année le lendemain de Noël.
  • CHARRAY. — Fouché de Frazé confirma, en 1204, la donation faite par ses ancêtres de leurs dîmes sur la métairie de Villefleurs, et par la même chartre il donna à l'abbaye ses dîmes et cens de CVharray. Ce même seigneur, au mois de mai 1217, reconnaissant ses anciennes donations, et se trouvant dangereusement malade, donna à l'abbaye où il avait choisi le lieu de sa sépulture, un muid de blé de rente annuelle sur sa seigneurie de Charray.
  • CHARTRES. — En 1190, Gohier de Lanneray, et Légarde, son épouse, donnèrent à titre d'aumône à l'abbaye 4 sols et leurs grandes dîmes, pour loger et héberger les religieux de l'ordre qui allaient au Chapître général ou qui en revenaient.
    De plus, Etienne de Saint-Césaire donna, en 1218, aux religieux, 100 sols tournois de rente sur ses moulins à foulon de Chartres. Cette donation était faite pour la pitance des religieux, le jour qu'ils célèbreraient l'anniversaire de Thibault, comte de Blois. De plus, en 1223, Hugues de Meslay et Mabille,n son épouse, donnèrent 12 arpents de terre, à Poivilliers, près de Chartres, exempts de toutes charges. Cette donation fut confirmée par ses héritiers Marguerite, femme de Guérin de Frazé, en 1222, et par Gosselin de Lèves, en 1224.
    De plus, en 1239, Geoffroy de Meslay, vidame de Chartres, donna à l'abbaye 18 setiers de terre à Poivilliers, et un étal à vendre de la laine au marché de Chartres.
  • CHÂTEAUDUN.- En 1190, Payen de Mondoubleau donna à l'abbaye une rente annuelle de 20 livres à recevoir à Chateaudun sur son revenu. Cete donation, faite pour aider à la construction de l'église de l'abbaye et ensuite pour le luminaire d'idelle, fut confirmée pour Louis, comte de Blois et de Clermont.
    De plus, Geoffroy, vicomte de Chateaudun, donna en mars 1204, à ladite abbaye, une maison sise à Chateaudun, à la Cordonnerie, ayant appartenu à Raoul et exempte de tous services.
    De plus, ce même Geoffroy, ainsi que son épouse et ses enfants, donnèrent à l'abbaye, où ils avaient choisi leur sépulture, une maison et un étal ayant appartenu à messire Richer, curé de Saint-Médard de Châteaudun. De plus, Mathilde du Four et Guillaume de Poncé, son mari,donnèrent à l'abbaye 50 sols de rente qu'ils avaient sur la maison du sieur Sanglier.
    De plus, en 1220, Geoffroy Heli, neveu de Geoffroy, chanoine de Chartres, donna à sa mort, aux religieux, une maison qu'il avait dans les vignes, avec les vignes qui en dépendaient.
    De plus, Aubert de Saint-Sépulchre céda à l'abbaye tous ses droits de cens sur les vignes d'Ecures, près de Châteaudun.
    De plus, Etienne Peaudelou donna à l'abbaye, en 1225, 2 arpents de vignes à la Croix-Roussière, terroir de Châteaudun. De plus, Geoffroy, dit Rabiaux, et Pétronille, sa femme, donnèrent à l'abbaye, en 1260, 3 setiers de froment et 3 setiers d'avoine sur leur métairie de La Rablière, pour faire tous les ans un service pour le repos de leurs âmes.
  • CHATILLON. — En 1227, Gérard de Chartres, voyant que les religieux n'avaient ni grange, ni maison pour serrer leurs dîmes de Chatillon, leur donna toute sa terre de Gâte-Forêt, close de haies et de fossés, pour en disposer à volonté.
  • CHEVREMONT. — Gauthier Chaperon donna à l'abbaye, en 1145, sa métairie de Chevremont, paroisse de Tripleville, laquelle s'étendait, est-il dit dans l'acte, jusqu'au milieu, du fleuve d'Aigre (aujourd'hui l'étang de Verdes).
  • ÉCOMAN. — En 1189, Albéric de Rheims donna à l'abbaye un demi-muid de froment pour faire des hosties, et 3 muids de son meilleur vin pour les messes. En 1208, Simon de Rheims, après la mort de son frère, céda à l'abbaye sa terre des Arpents ou Ecotez, pour remplacer cette rente.
    En 1211, Josselin, fils de Arrauld Malterre, donna à l'abbaye sa terre et son bois près le Josnet, par une charte et du consentement de Pierre de Villebeton, son tuteur.
  • LA FERTÉ-VILLENEUIL --- En 1212, Ursion de Meslay concéda à l'abbaye le droit de faire pâturer 140 bêtes à cornes dans ses forêts, et de jouir à perpétuité de 2 sols 2 deniers de cens donnés par Raoul de Villiers et Herbert de Thoriac.
    De plus, Pierre de Villebeton donna à l'abbaye, en 1212, une portion de son pré de Pont-de-Pierre. Dde plus, en 1212, Geoffroy, vicomte de Châteaudun, donna à l'abbaye toute sa terre de Vosves et du Teillet, en outre l'herbage et pâturage sur la rivière d'Aigre, avec son cens sur La Ferté et Monceaux.
    De plus, en 1246, Hodeburge Mercatrix donna à l'abbaye toutes ses terres du Pont-de-Pierre, avec 2 maisons à La Ferté-Villeneuil, dans le marché.
    De plus, Charlotte Delahaye, veuve de François de Theligny, seigneur de Lierville et Verdes, donna à l'abbaye, en 1553, une noue de deux arpents, sise à Pont-Pierre, plus une rente sur la maison de la Corne-de-Cerf, à La Ferté-Villeneuil.
  • FRETTEVAL --- En 1207, Richer, curé de Saint-Médard de Châteaudun, donna à l'abbaye un pré que son père avait acheté de Hugues de Chaumont.
    De plus, en 1239, Gervais de Fleurs, prêtre, donna une vigne sise à Fretteval.
  • LA HELLIÈRE. — En 1235, Geoffroy Breton donna à l'abbaye une maison sise à Châteaudun, et 3 arpents de vigne sis au Clos-Bertin, avec 4 quartiers de vigne à La Hellière
  • MANTIERVILLE. — Geoffroy du Mesnil donna à l'abbaye, en 1211 tous ses biens de Tripleville  , et la métairie de Mantierville.
  • MÉZIÈRES. — En 1241, Renaud d'Écure et Guillaume de Fleurs donnèrent à l'abbaye tout ce qui leur appartenait en terre et cens au Boulay et à Mézières, près Bonneval .
  • MOULIN BATTEREAU. — En 1211, Hervé de Beauvoir donna à l'abbaye 1 septier de froment à prendre tous les ans sur le moulin Battereau, en la paroisse d'Auteuil ...


Je n'ai mentionné dans cette énumération que m'a paru devoir intéresser les lecteurs de Châteaudun, ce qui encore d'autres biens donnés à l'abbaye car il y avait dans plusieurs autres paroisses des environs de Blois et de Beaugency.

Voici maintenant certains droits et usages concédés à l'abbaye par différents personnages qui m'ont semblé les plus remarquables :

  • En 1202, Louis IX, comte de Blois, accorda aux religieux du Petit-  Cîteaux et à leurs successeurs le droit de prendre, dans sa forêt de Silvalonie, des perches et charniers pour dresser les vignes, des roues de charrues, des pieux pour enclore les terres, le pâturage de leurs bestiaux et troupeaux, la glandée pour leurs porcs ...
  • En 1225, Geoffroy, vicomte de Châteaudun, transigea avec l'abbaye sur ces droits qu'elle avait dans la forêt et sur une somme de 100 livres tournois, et il fut arrêté ...
  • En 1477, François, comte de Dunois et de Longueville, confirma à l'abbaye son droit d'usage dans la forêt de Marchenoir, tant pour la saladrerie de la Ferté-Villeneuil que pour ses métairies d'Arcet, de Boulay, Saintiville (?), Ronceveaux, etc ...

J'ai parlé ci-dessus des charges claustrales auquel était affecté le troisième lot des biens de l'abbaye;  je vais transcrire le détail de ces charges, tel qu'il se trouve dans le manuscrit de M. Péan :

 

01
02
03
04
05
06
07
08
09
15
16
17
18
19
20
21
27
Pour entretenir la lampe nuit et jour, devant le Saint-Sacrement
Pour les cierges tant d'offices que de messes solennels
Pour chandelles des matines, de six mois de l'année
Pour l'encens aux grandes fêtes
Pour pain et vin à dire lès messes
Pour l'entretien et la nourriture du petit garçon à servir les messes
Pour entretenir les lampes les cordages et burettes de verre, des lampes et cloche
Pour l'entretien de l'horloge
Pour l'entretien des ornements, chasubles, dalmatiques, voiles de calices, tapis et coussinets des cinq couleurs
Pour entretenir une lampe au dortoir, pendant la nuit
Pour le Service annuel, dans la chapelle de Saint-Laurent , distante de deux lieues de ladite abbaye, la veille et le jour de la fête de ce saint
Pour les messes abbatiales, qui sont au nombre de quarante-cinq
Pour les meubles et linges de l'infirmerie, etc., gages dès médecins, chirurgiens et apothicaires, et d'un valet pour servir les malades.
Pour l'entretien des chambres d'hôte et la nourriture, etc
Pour les deux aumônes générales qui se font le dimanche de la quinzaine et le jeudi absolu
Pour les aumônes qui se doivent faire tous les jours à la porte du monastère
Pour entretenir un religieux aux études ou pour un précepteur dans l'abbaye, afin d'enseigner les jeunes religieux
30
78
20
3
20
100
16
15

80

15
50
100
600
500
4 muids blé
4 muids méteil
300 l

Telles sont les notes les plus intéressantes que j'ai puisées dans le manuscrit de M. Péan sur l'histoire du Petit-Cîteaux, jusqu'à la Révolution de 1793. 

Je vais maintenant raconter sa triste fin et sa destruction presque entière, qui a duré jusqu'en ces derniers temps.
Donc, en l'année 1790, par suite de la loi anti-religieuse du 13 février, le prieur de l'abbaye, dom Marcel-Guillaume Maublanc, et ses bons religieux furent informés officiellement de la suppression de leur ordre, et reçurent l'injonction de quitter leur monastère, dans un court délai, avec la liberté de se retirer où bon leur semblerait, et d'emporter, avec leurs vêtements, quelques objets indispensables de leurs cellules. Aussitôt les scellés furent posés sur tout le reste et sur tout le mobilier de l'église et de la sacristie, d'après la loi de confiscation rendue au nom du Peuple français ....
Très-peu de temps après, on transporta au chef-lieu de district de Mer la cloche, les vases sacrés, les ornements sacerdotaux, et généralement tout ce qui servait au culte divin, pour être convertis en matières monétaires. Quant aux livres de la bibliothèque et aux archives de l'abbaye , ils furent dispersés, vendus ou détruits, suivant la décision de ceux qui présidaient à ce pillage officiel. Ensuite on fit une vente à l'encan et sur place de tous les objets mobiliers servant aux religieux et aux besoins du couvent, de sorte qu'il ne resta plus, dit M. Péan, que des parois de murs et des cloisons chauves et dégradées par le vandalisme révolutionnaire. Les bois considérables qui dépendaient de l'abbaye devinrent la propriété de l'État, comme ils le sont encore aujourd'hui.
Enfin les bâtiments, cours et jardins, furent vendus et adjugés le 14 juin  1791 à un cultivateur de Sancheville pour et au nom d'un sieur Nicolas Picfer,  propriétaire à Paris, suivant procès- verbal d'adjudication devant les chefs du district. Ils passèrent successivement à plusieurs propriétaires, entre autres à la marquise d'Hautpoul, qui vint les habiter quelque temps.
Après tous ces changements, les principaux bâtiments furent une dernière fois vendus, pour  être démolis à un sieur Duchon, charpentier, à Autainville, qui employa une partie des moellons à faire de la chaux et céda toutes les autres pierres propres à la construction aux habitants des communes voisines.
J'ai souvent rencontré, dans les villages bordant la forêt de Marchenoir, de magnifiques pierres taillées et sculptées qui provenaient de cette démolition et qu'on destinait à noyer dans la maçonnerie de quelque mur de grange, de bergerie ou de simple chaumière. Cette vue de témoins muets et éloquents, quoique insensibles, des grandeurs passées du vieux couvent de Cîteaux, me rappelait les vicissitudes et le néant des choses de ce monde, en même temps qu'elle excitait en moi des sentiments de tristesse et de regrets, au souvenir des bienfaits sans nombre de cette célèbre abbaye, dont il ne reste plus aujourd'hui que le nom.
Je m'arrête à ce triste souvenir et je regrette vivement que les paroisses de la Beauce soient privées de ce foyer bienfaisant de dévotion et de lumières évangéliques, qui, dans des temps plus heureux, entretenait en elles les sentiments de foi et de religion si nécessaires au bonheur de la famille et de la société.

A. MOUZÉ, Curé de Saint-Léonard-de-Dunois

Cistercii filiae

tree

L'arbre de filiation des abbayes cisterciennes, témoigne de la formidable expansion de l'ordre depuis sa création en 1098, lorsque l'Abbé bénédictin Robert de Molesmes, obtint l'autorisation du pape de "se retirer au désert", au fond d'un marais inhospitalier de Bourgogne, appelé "Cistel", et 1153, lorsque s'éteignit saint Bernard, dernier docteur de l'Eglise, le plus connu et emblématique des cisterciens, dont l'influence sur le XIIe siècle fut telle que les historiens le qualifient de "siècle de saint Bernard".
St Etienne Harding créa entre 1113 et 1115 les "quatre premières filles de Cîteaux", premières en dignité puisqu'elles donnèrent chacune naissance à leur propre filiation : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Morimont (1115) et Claivaux (1115), dont l'abbatiat échut malgré son jeune âge à Bernard de Fontaine. Dans la lignée propre de Cîteaux, l'abbaye-mère, dont l'Abbé reste le personnage central de l'ordre, après  La Cour Dieu et Bonnevaux en 1119 est crée, à la demande du Comte de Bois, l'Aumône en 1121 dont Etienne Harding choisit le moine "Ulric" comme premier abbé

Mémoire Abbé Mouze

mouzeVoir le mémoire de l'abbé Mouzé en consultation libre sur le document oeiginal conservé à la BNF  

 

Histoire de Marchenoir

Histoire MarchenoirLe livre de référence sur l'histoire et la fin de l'Abbaye de Notre Dame de l'Aumone. Disponible à cette adresse : suivre le lien

Mémoire de Charles Cuissard

cuissardRetrouvez le mémoire écrit par Charles Cuissard sur le document original conservé à la BNF